Votre navigateur ne reconnaît pas les scripts.

04 91 49 74 80

(8h30 à 22h non stop - 7j/7)
Accueil » Taux Bas

Immobilier : La croissance des vente en baisse mais pas les prix ?

En août 2015, les ventes était de 14%. Aujourd’hui a cette même période la croissance des ventes est à 6 % …


Après une pause estivale, les prix de l’immobilier ont poursuivi leur progression. Dans l’ancien, ils ont grimpé de 0,9% sur les trois derniers mois à fin août et de 1,2% sur un an, à 3.217 euros, montre le dernier baromètre LPI-Se Loger.

Read More

Achat immobilier : attention à la taxe fonciere !

Les taux de crédit en baisse constante encouragent à devenir propriétaire. Mais avant d’investir dans l’immobilier, il faut s’informer sur la fiscalité locale. Explications.


Impôts locaux : une moyenne de 167 € par mois

Alors que les taux de crédit baissent continuellement, les impôts locaux, eux, sont globalement à la hausse. Il est donc impératif de se renseigner sur la fiscalité locale avant d’investir dans l’immobilier. En effet, dans certaines villes, les impôts locaux peuvent sensiblement alourdir le coût du logement. Le courtier en crédit Meilleurtaux.com, s’est intéressé au poids de la fiscalité locale dans l’achat d’un bien immobilier type de 70m², dans 10 grandes villes françaises (Paris, Lille, Strasbourg, Montpellier, Toulouse, Nantes, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice). D’après cette étude, les impôts locaux représentent, en moyenne, 167 € de plus par mois à payer, pour le propriétaire. Néanmoins, le poids des taxes locales varie sensiblement en fonction de la ville dans laquelle on souhaite investir. Ainsi, 3 villes se distinguent pour leur fiscalité locale particulièrement élevée. Dans ce classement des « mauvais élèves » :

  1. Montpellier arrive en tête avec 216 € de plus par mois.
  2. Bordeaux avec 207 € de plus.
  3. Marseille qui complète ce podium, avec 182 € de plus.

A contrario, Paris peut se vanter d’avoir la fiscalité locale la plus légère, parmi ces 10 grandes villes françaises, avec « seulement » 93 € de plus par mois

Paris : fiscalité faible, prix immobiliers élévés

Malgré une fiscalité locale attractive, Paris propose des prix immobiliers plus élevés (8 507 € le m² d’après le baromètre LPI-SeLoger) que les autres grandes villes.

Prêt immobilier : jusqu’à 3 mensualités supplémentaires dans certaines villes

Pour mesurer le véritable impact de la fiscalité locale dans le financement d’un bien immobilier, il est nécessaire d’ajouter les différentes taxes (foncière et habitation) en les répartissant sur une année. Cela permet d’obtenir une mensualité taxes incluses et de définir le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise ». Ainsi, alors que le taux d’emprunt moyen sur 20 ans se situe autour de 1,70 % (hors assurance), le poids de la fiscalité locale mensualisée fait passer le taux d’emprunt à 4,05 % pour Montpellier, 3,8 % pour Marseille, 3,4% pour Toulouse, 3,35 % à Bordeaux et Nantes, 3,2 % à Strasbourg et 3,05 % à Lille et Nice. En revanche, à Lyon (2,8 %) et à Paris (2,05 %) le poids de la fiscalité locale est nettement moins important. Ainsi, d’après MeilleursTaux.com, les impôts locaux engendrent près de 3 mensualités de crédit supplémentaires pour Montpellier, plus de 2 pour Marseille, Bordeaux, Toulouse et Nantes, plus d’un mois pour Strasbourg, Lille, Nice et Lyon et moins de 15 jours pour Paris.